Archives Mensuelles: décembre 2014

WORST OF/ TOP 10 CINEMA 2014

Une année assez riche en cinéma, mais aussi en rock n roll, mais pour faire a moitié comme les autres, je vous dévoile mon WORST OF 2014, et si vous êtes sages, vous aurez peut être droit à mon TOP 10 ! (Juste après). Notez que la tache est tellement simplifiée quand on utilise un outil en ligne tel que flixster pour facebook ? à Noter aussi c’est tres curieux, 3 pires sont francais mais surtout 4 tops le sont aussi !

1) Interstellar (2014)
Comment échapper à une merde pareille ? Quand on s’appelle NOLAN, s’abaisser aussi bas, c’est catastrophique, absolument ridicule, inintéressant, laid, parfois incompréhensible, mais tout le temps complètement débile et rempli d’erreurs catastrophiques.

2) Black Coal (2014)
C’est CHINOIS, c’est un thriller, c’est travaillé, donc le CRITIQUE aime, moi non, c’est affreusement laid, on nous dresse un portrait de la chine certes accessoire, mais d’une mocheté, surtout au niveau des comportements les plus banals, effrayants. Ajoutez à ca une enquête minable, simpliste, et pourtant hautement incompréhensible, on ne leur a jamais appris à expliquer les choses là bas on dirait.

3) The Signal (2014)
Les rencontres extra terrestres, et le HACKING sont les choses les plus dures à représenter au cinéma… et accoupler les deux est à la fois super bizarre et ridicule.

4) In Your Eyes (2014)
Encore un gros bide pour JOSSS WHEDON, après l’ignoble « Beaucoup de bruit pour rien » sous acide, qui portait bien son nom. Un film désespéramment basique, à l’eau de rose, basé sur une idée ridicule, et niais du début à la fin. Fin ridicule bien entendu. 100% féminin, pas la moindre chance à la testostérone.

5) Les Gazelles (2014)
Quelle idée, de parler des grosses salopes de chez MEETIC? Déjà que le couple moderne c’est une idée immonde, mais là on touche le fond, fonds de capotes, érections douteuses … la fin est est encore plus triste que le film. Encore une fois : le féminisme a ses limites.

6) Rage (2014)
Et encore une grosse bouse pour NICOLAS CAGE. Son jeu est ridicule, sans parler de son visage: c’est quoi cette couleur de cheveux hyper voyante ? Faire un film avec exclusivement des ordures, comment s’identifier ?

7) Pas Son Genre (2014)
Succès CRITIQUE. Dans le genre ultra mauvais difficile de faire pire, jeu d’acteurs improbables, scénario ridicule, pas crédible pour deux sous, dialogues a la limite du supportable, décors hideux, clichés permanents atroces, et bien entendu, une fin ultra mauvaise et complètement déplacée

8) Situation amoureuse: C’est compliqué (2014)
Comme tout PAYET, c’est trop léger, niais, simpliste. Ça reste sympathique, mais c’est un gros ratage.

9) Space Pirate Captain Harlock (2013)
Très bien fait, par contre l’histoire dérive complètement de l’original, et est un poil trop HALLUCINOGENE

10) Her (2013)
Ce film n’a pas ma moyenne pour ses GOUTS TRES DOUTEUX de style… enfin la pochette dit tout, non ? Il est intéressant malgré son thème ridicule, mais la fin est hautement surréaliste et RIDICULE.


Allez, sortons des toilettes, voici mon top 10 2014

1) Dans la cour (2014)
Ce petit film français m’a clairement marqué, un magnifique travail d’humour noir touchant, sur la DEPRESSION, des acteurs phénoménaux. C’est triste aussi.

2) Gone Girl (2014)
Quel choc ! Je suis un gros fan de FINCHER, mais là, il se surpasse, ce film a tout, ses décors froids, de l’humour, de l’ultra violence, des mystères, des retournements inattendu, et une critique très acerbe des média américains.

3) Les Combattants (2014)
Rien a dire, pour un PREMIER FILM, dans des régions peu représentées de france, c’est romantique, drôle, dépaysant, inattendu et beau. Une vraie réussite. Pourtant les eux acteurs sont des gros déchets d’adolescents incultes !

4) White Bird in a Blizzard (2014)
Les premiers émois d’une jeune fille des années 80 au milieu d’un drame familial comme seul ARAKI sait nous les présenter. Le grand retour de Greg, mec, tu es génial.

5) Casse tête chinois (2014)
C’est le pire KLAPISH de la trilogie mythique: simpliste, trop de cul: Wendy est devenu une salope, fin douteuse et le gamin est improbable. Pour le reste c’est excellent, forcement, malgré ce theme atroce de l’amour moderne, qui devient vite bien pire, quand ya des enfants, et des gouines. Toujours une justesse sans faille et un magnifique voyage à New York, scènes cultes, dialogues etc. du klapish quoi.

6) Dawn Of The Planet Of The Apes (2014)
On retrouve toute la qualité du premier, EFFETS SPECIAUX INEDITS, réflexions, action, et aussi de la lenteur, mais c’est si bon.

7) Noé (2014)
encore un excellent film pour le collectionneur de chef d’œuvres. On retrouve le talent d’ARONOFSKY à de nombreux niveaux, l’univers crée est aussi superbe que prévu, les acteurs très forts, les paysages splendides, et les effets spéciaux extrêmement impressionnants ! mais ce n’est pas tout, il faut le voir nous montrer en images des anges, la création, la formation biblique de la terre, l’arrivée de l’eau ou l’évolution, comme seul Aronofsky est capable de filmer ca… en accéléré ! Le conte biblique paraissait cruche ? L’idée d’aronofsky était de le rendre ultra cool, univers post apocalyptique (enfin on s’comprend), terre dévastée, cruauté, cannibalisme, géants de pierre, magie et lignée divine, on sent aussi qu’il a beaucoup réfléchi a la faisabilité d’un vaisseau pareil. Il restait un point noir … la fin du conte, est abominablement creuse, Aronofsky a voulu y ajouter des événements, et c’est tout à son honneur, le mal, le doute, le rejet, l’isolement, comme il sait si bien travailler ses personnages, malheureusement c’est hyper chiant et long pour très peu: on connaissait déjà la fin, dieu a a fait le ménage, et après c’est cool, pas besoin de tergiverser.

8) Mommy (2014)
Mommy manque un peu de profondeur, c’est un comble pour un film aussi long, et avec des acteurs aussi profonds. C’est l’histoire qui a été volontairement mis de coté, et c’est systématiquement une mauvaise idée, l’histoire assez glauque, d’hyper-violence est intéressante tout de meme, meme si ça manquait de violence, les décors, plans, dialogues et le dépaysement sont toujours réussis. La musique … c’est peut être la pire BOF de la courte carrière de DOLAN: non, décidément le wonderwall des monosourcils ne sera jamais une référence… La fin est donc difficilement compréhensible, un peu comme l’historique des personnages.

9) Frank Miller’s Sin City: A Dame to Kill For (2014)
Assez déçu par Sin City 2, les histoires sont trop légères, voire ridicules, la résurrection des 2 morts célèbres de MILLER ont l’air de se promener dans le film. Par contre les acteurs sont énormes, à commencer par Powers Boothe, mais aussi Eva et Joseph. Quand à la réalisation de RODRIGUEZ, elle est toujours aussi fantastique, et la 3D est parfaitement adapté à ce type d’image numérique. Malheureusement le tout respire le 2 à 100%, et le mauvais 2, le genre de taxi 2, ou on reprend chaque personnage et chaque gag scène par scène sans jamais rien apporter.

10) Odd Thomas (2014)
Tres curieuse cette TRES RARE adaptation de KOONTZ. Un ton humoristique permanent, un traitement rythmé, jeune et mtv, par dessus une histoire ultra gore et glauque, et des visions d’horreur plutôt réussies. Un bon film d’horreur/terreur dans la pure tradition Koontz mais … c’est quoi ce ton humoristique qui colle a rien du film ?

Publicités

Assassin’s Creed Unity Companion

Assassin’s Creed Unity Companion

Moi j’adore les Companion App, ce sont des applis android, faites pour accompagner un vrai jeu sur PC (la plupart d’entre vous vont me sortir ah nia nia moi j’ai une console et une grosse appoule, et la je vous répondrais VICTIMES) c’est donc un deuxième écran pour un jeu. Alors dit comme ca, vous allez dire comme moi : c’est génial. Mais la réalité est toute autre : Oui, c’est un deuxième écran pour ton jeu, mais il reste dispensable, et à ce titre il n’est qu’un simple bonus. Les incultes vont vite changer d’idée si vous leur dites « ca sert à avoir le plan », je l’ai vécu la réponse est « c’est nul ». Alors non, non non non, avoir un plan dans un open world ou on passe son temps à chercher son chemin dans une ville qui est… PARIS, rappelons le quand même, non, avoir un plan, débile, ce n’est pas nul.

Et oui c'est bien un plan de Paris...

Et oui c’est bien un plan de Paris…

Dissociable

La companion app serait indissociable du jeu, il n’y aurait pas de débat. Par exemple : un plan indisponible sur PC mais sur android, ou encore des commandes tactiles en plus de la manette. Seulement voila, c’est dissociable, donc … c’est un plan ! Mais pour le rendre plus attractif, Ubi a tout tenté, faisons le tour des companion app.

Un tour sur l’eau

Black Flag était déjà un plan, c’était pas Paris mais par contre c’était les caraïbes alors c’était plutôt grand et utile, bien sur votre situation était indiquée en temps réel et vous pouviez activer le GPS du fameux trois mats d’une pression tactile, sans avoir –donc- à lâcher la surveillance des cotes et autres vaisseaux de combats à travers le pare brise. Assassin’s Creed oblige, vous avez en bonus, bien entendu, l’encyclopédie du jeu, loin d’être indispensable elle aussi, mais rigolote. Sans oublier l’inventaire et autre liste de quêtes, mais surtout les cartes au tresor, qui pour le coup ressemblent au vrai

La fine équipe des gens du voyage

La fine équipe des gens du voyage

Quid du hacking ?

Dans Watch Dogs, le premier GTA like de la firme, tout comme les grosses innovations apporté au genre, le companion app était révolutionnaire, il possédait bel et bien le plan de chicago, mais … il était inutilisable ! Et le plus drôle pour le premier jeu avec des voitures, c’est qu’il n’y avait donc pas de GPS… Alors là vous me dites pourquoi ?  Tout simplement parce que l’app était un jeu multijoueur à elle toute seule : Vous pouviez challenger n’importe quel joueur réel sur le jeu réel, à une course poursuite effrénée, pendant que le joueur vivait la situation en FulL HD, vous deviez tout faire pour piloter les services de police et le ralentir avant la fin du chrono.  Un jeu d’action temps réel entre une appli et un pc ? Révolutionnaire ! Bien sur, il y avait un système de skills à débloquer et bonus pour sa propre partie, sans oublier un editeur de course. Voila pourquoi Watch Dogs avait un plan, qui n’était pas un plan.

Quel est le con qui a graffité Notre Dame ??

Quel est le con qui a graffité Notre Dame ??

Retour en 1800, enfin.

Le petit dernier est Assassin’s Creed 5 : Unity, nous y retrouvons donc le bon vieux plan, l’encyclopédie,  et le GPS piéton, mais UBI a poussé encore le vice plus loin pour rendre leur companion app attractive : le double jeu, vous avez un jeu double dans l’app, concu pour vous apporter des bonus dans le vrai jeu, en gros le jeu est simple et temporisé pour durer a peu prêt la même durée que la partie sur PC. La première partie du jeu consiste à trouver 3 séries de graffitis sur 7 bâtiments parisiens. Vous pouvez les enchainer en une fois, mais l’exercice n’est pas aisé : Tout est en noir et blanc, et les graffitis (les glyphes, en fait) ne sont visibles qu’avec la fameuse vision d’aigle des assassins … qui n’est pas instantané, elle a un temps de propagation assez délicat, et je ne vous cache pas que j’ai préféré grandement utiliser les précieuses solutions youtube pour débloquer la 2e partie. La deuxième partie il s’agit de la confrérie nomade, une série de 3x3x7 missions virtuelles temporisées que vous devrez régler en gérant une confrérie de jusqu’à 15 nomades. J’entends par là achats de nomades, upgrade des nomades, soins des nomades et enfin assignation des missions. L’app à donc sa monnaie virtuelle nomade qui ne sert qu’à la gestion de cette confrérie nomade… ce qui nous amène à la subtilité jeu/app : vous pouvez aussi ramasser de la monnaie nomade dans le vrai jeu, mais aussi rénover les cafés dans le vrai jeu, pour y installer un nomade dans l’app et booster ainsi la monnaie nomade. Je vous ai dis que le jeu en lui-même utilisait déjà 3 autres monnaies si on compte les points de compétence ?

L’art de la récompense inutile, et le complément web qui tue.

C’est chouette mais à quoi ca sert ? Les petits malins ont glissés les fameux coffres au trésor dans tout paris à collectionner, mais ya pas que des blancs, ya des rouges, des bleus et des jaunes. Argh, ben oui mais il faut donner envie aux joueurs PC de ne pas pirater le jeu et donc jouer en ligne, et moi sur le coup je suis un gogo, je vois des coffres bleus, et autres récompenses, je les veux, forcement, même si ces coffres spéciaux n’entrent pas en compte dans le total des trouvailles par quartier, ils sont la ! D’autant qu’on parle en plus des coffres de tenues exclusives et autres armes légendaires ! L’app est définitivement accessoire, mais bien sympathique tout de même. Pour les coffres rouges ils nécessitent juste des talents classiques de crochetage sur 3 niveaux. Mais ! Il y a les coffres jaunes ! C’est à peu prêt le même concept, les coffres Initiates sont des cadeaux en jeu, du même genre, mais pour les gagner il faut s’enregistrer sur le site web initiates, soit disant un site web d’initiés, réunissant tous les assassins creed que vous avez activé sous Uplay, avec des challenges, des points d’expériences, et donc des récompenses, avec peut être dans le futur des événements à accomplir en plus, mais sinon… ben c’est un site à la con qui marche tout seul dans son coin, et qui de temps en temps te lâche des récompenses, vous avez dit curieux ?

Chaleur ! sur Paris

Il en reste un peu je vous en remets ?

Histoire de rendre l’app optionnelle encore moins optionnelle, elle vous permettra aussi d’avoir… des cartes analytiques ! des cartes montrant vos parcours, ainsi qu’un préparateur d’équipement, histoire de repérer les avantages en nature quand on combine les pièces de son armure… pas de quoi battre un animal domestique, mais dans le train, on peut réviser ses stratégies en attendant de jouer…
L’app peut aussi passer en premium pour une somme dérisoire, mais c’est quasi indispensable tout en restant optionnel : musique et visuels cadeaux, argent, emplacements, assassins, tenues, cartes, et autres cadeaux en plus.